Séminaire Devenir Banlieue 2007-8

rubon1-100×100.png

SUBJECTIVITE POLITIQUE

ET RESEAUX

METROPOLITAINS.

Ateliers, recherche séminaire


Le programme Devenir banlieue est un programme de séminaire et de recherche action sur la nouvelle subjectivité politique métropolitaine. C’est un programme partenarial associant chercheurs, élus, professionnels et acteurs de terrain dans une coproduction de savoirs sur des pratiques et des situations urbaines contemporaines.

filiphp.jpg


Questionnement

Voilà plus de vingt-cinq ans que le monde urbain, industriel et politisé a pris fin. Les animateurs du séminaire Multitude et métropole caractérisent cet achèvement comme la « fin du fordisme ».

La question des banlieues s’est imposée comme l’une des figures dramatiques de cet achèvement. Le bricolage institutionnel nommé bientôt Politique de la ville a souvent ouvert des espaces d’action et d’initiative mais n’a jamais proposé de solution durable à cette crise.

Durant ces décennies, des collectivités territoriales, en France et dans le monde, ont cherché à renouveler leurs approches et à réformer les formes démocratiques de gouvernance par des expériences dites de démocratie participative. Ces municipalités, au sein du Forum des autorités locales depuis 2001, de la Charte des droits de l’homme dans la ville et du Forum des autorités locales de périphérie se sont trouvées au coeur de formes émergentes de mobilisation au niveau mondial et de réseaux urbains mondiaux réunifiés au sein de la CGLU. Elles semblent, par leur capacité d’initiative et d’entraînement prolonger la voie ouverte par les sessions Habitat 1 et Habitat 23 de l’ONU qui avait mis en avant le rôle central des collectivités territoriales urbaines dans la nouvelle gouvernance mondiale.

Pourtant la crise se prolonge, la désaffection des formes représentatives de la démocratie se confirme. Les émeutes de novembre 2005 en France on manifesté avec éclat l’émergence d’une subjectivité politique nouvelle dont le décryptage n’est pas aisé.

Un écart subsiste entre les innovations politiques réelles menées du côté des institutions et des élus locaux et la radicalité de la nouveauté politique qui se laisse deviner du côté des multitudes.

Dans cette situation d’incertitude qui caractérise les moments de basculement d’une séquence historique à une autre, les sciences sociales, si elles peuvent et doivent être mobilisées, sont elles mêmes en difficultés : leur outils intellectuels et conceptuels sont par trop marqués par la période qui s’achève.

L’hypothèse proposée est que la ville dans sa figure métropolitaine ne se donne plus comme un lieu assigné à la reproduction ni une conséquence des activités productives et politiques. Elle en est tout à la fois la matrice et l’enjeu stratégique de la nouvelle production, dite cognitive, comme des nouvelles subjectivités politiques.

Il nous faut donc travailler ensemble sur des situations afin de dégager des éléments partagés de compréhension de la ville contemporaine.


Nature du programme

Le programme Devenir-banlieue, qui s’appuie sur l’acquis de travail du séminaire Multitude et métropole du Collège international de philosophie de 2005-2006, est un programme de travail de recherche et de réflexion collective sur les formes émergentes de la politique dans les métropoles contemporaines.

Il associe chercheurs et acteurs dans un dispositif de travail articulé autour de trois modes :

  1. Des recherches originales menées sur des situations métropolitaines
  2. Des ateliers de travail sur ces situations permettant la réflexion en commun des chercheurs et des acteurs (élus et professionnels)
  3. Un séminaire public du collège international de philosophie, point de mise en débat public et réflexif des enquêtes et des ateliers

Ce programme aura pour support public permanent un site internent avec accès rapide et permanent aux documents de travail, enregistrement des réunions, contributions aux débats

Comité de pilotage

negri_01.jpg

Université-recherche

Antonio Negri, philosophe

Thierry Baudouin, sociologue, chercheur CNRS

Alain Bertho, professeur d’anthropologie, Institut d’études européennes, Université de Paris 8

Michèle Collin, sociologue, chercheur CNRS

Patrick Dieuaide, économiste, chercheur CNRS

Pascal Nicolas-Lestrat, maître de conférences en Science politique, Université de Montpellier 3

Anne Querrien, rédactrice en chef des Annales de la recherche urbaine, enseignante à l’Université ‘Evry

Carlo Vercellone, économiste, MCF, Université de Paris1.

Coordination

Pantaleo Elicio, Consultant en innovation technologique et sociale

Partenaires

Le Collège international de philosophie

Le Centre d’étude des mutations en Europe (Equipe d’accueil 4009, Université de Paris VIII)

Le laboratoire Matysse-Isys (CNRS UMR n°8595)

Le laboratoire Théorie des mutations urbaines (CNRS, UMR 7136 A.U.S.)

L’iscra (Montpellier)

Département : «d’Economia politica » de l’université de Pavia – Italie

Département : « Laboratorio Territorio e Comunicacao – ess -Universidade Federal do Rio de Janeiro » Brésil

Les partenaires institutionnels

*La communauté d’agglomération Plaine Commune

*La ville de Nanterre

*Le Forum des autorités locales de périphérie

D’autres laboratoires et d’autres partenaires pourront, le cas échéant, s’associer au programme.


Le séminaire public 2006-7

Le séminaire du Collège de philosophie se déroulera en dix séances, autour de quatre thèmes fondamentaux qui approfondiront le travail théorique mené pendant le précédent séminaire 2005-2006.

Il se fondera sur la nécessaire articulation de cette réflexion théorique avec un travail d’enquête. Un ensemble de terrains appréhendera la banlieue non plus comme une périphérie mais en tant que lieu d’émergences des formes de vie propres à la ville productive. Il s’agit de faire du séminaire un temps de recherche et d’enquête qui met en rapport différents types de production et de pratiques sur la métropole et la banlieue.

Autour des quatre thèmes proposés, il y aura donc deux temps: le premier reposera sur l’intervention d’experts (philosophes, sociologues, urbanistes et acteurs politiques); Le second discutera des expériences et pratiques métropolitaines mises en évidence par nos recherches avec les acteurs urbains.

Quatre approches du devenir banlieue :

1. Exploitation urbaine. La ville comme nouvel espace productif. Les réseaux du travail précaire. Le visible, l’invisible. Le bassin de travail cognitif ou l’espace métropolitain comme territoires du précariat. La problématique du profit et de l’exploitation du commun. Quelles ressources créatives dans la ville ? Quelle intervention publique en appui de ces ressources

2. Expropriation urbaine. Les espaces communs : L’habitat, le squat et les luttes bio-politiques. La problématique de la rente et l’expropriation du commun. Quelles mobilisations ? Quelle action publique ?

3. Formation urbaine. Les réseaux cognitifs. La production du point de vue de la force de travail immatériel et des réseaux coopératifs. Problématique de la valorisation de la subjectivité dans la production cognitive métropolitaine.

4. Circulations et contrôle urbains Les multiples trafics au sein du territoire métropolitain, entre la production d’un commun et le sécuritaire..

Ce séminaire est organisé en coopération avec des centres universitaires et de recherches qui mènent des enquêtes sociologiques autour des thèmes proposés et soutenus par des collectivités locales.

Les dates, les 11 séances : 2 octobre, 27 novembre, 4 décembre, 15 janvier 2007, 22 janvier, 12 mars, 19 mars, 14 mai, 21 mai, 11 juin, 18 juin.


Terrains

Le programme s’appuie sur des enquêtes originales au cœur de situation métropolitaines.

Les premiers terrains suggérés sont :

  1. Les Halles : une centralité métropolitaine ?
  2. Les réseaux de coopération informelle
  3. Logement, squats, rentes : nouvelles luttes urbaines ;
  4. Les émeutes et après ? une autre subjectivité politiques ?
  5. L’affirmation de la métropole par les mobilités des précaires
  6. Intermittence et alternatives productives dans la cité

Une méthode de co-production

Sur chacun des quatre axes du séminaire, ainsi que sur la thématique finale posant directement la question de la nature nouvelle du politique, il est proposé de constituer un atelier de travail.

Chaque atelier sera constitué :

  1. de responsables élus et administratif des collectivités territoriales partenaires
  2. de chercheurs du collectif de pilotage du séminaire
  3. des chercheurs impliqués dans les recherches de terrain

Chaque atelier se réunirait une ou plusieurs fois, à sa convenance, avec l’objectif de travailler à une formulation partagée des problématiques urbaines et politiques des situations. Il participera ainsi de la tenue de la seconde vague de séance de séminaire dans une logique de co production de savoirs et d’énoncés.

Le travail de l’année pourrait se conclure par une publication (livre ou CD).

Home

~ par Alain Bertho sur 18 décembre 2007.